relancer la tourisme européen

Comment relancer le tourisme européen malgré le coronavirus ?

Pour aider le secteur du tourisme, la Commission européenne prévoit de présenter un ensemble de lignes directrices et de recommandations. L’objectif est d’aider les États membres à reprendre les entreprises du tourisme tout en respectant les précautions sanitaires nécessaires. Il est désormais urgent pour le secteur du tourisme de se remettre de la pandémie. Pour cela, l’Europe doit être la première destination des visiteurs européens.

Quelles sont les mesures de la Commission pour relancer le tourisme et les transports ?

La Commission entend dans son plan mettre en place une stratégie globale de relance en 2020 et au-delà. Elle souhaite :

  • une approche commune pour rétablir la libre circulation et lever les restrictions aux frontières intérieures de l’UE de manière progressive et coordonnée
  • un cadre visant à soutenir le rétablissement progressif des transports tout en garantissant la sécurité des passagers et du personnel, rapporte Aissa H.
  • une recommandation qui vise à faire des bons de voyage une alternative attrayante au remboursement en espèces pour les consommateurs
  • des critères pour le rétablissement progressif et sûr des activités touristiques et pour l’élaboration de protocoles sanitaires pour les établissements d’accueil tels que les hôtels.

Comment inciter les touristes et les voyageurs à se tourner vers l’Europe ?

La Commission cherche à donner aux gens la capacité, la confiance et la sécurité nécessaires pour voyager à nouveau grâce aux mesures suivantes :

  • rétablissement de la liberté de circulation en toute sécurité et levée des contrôles aux frontières intérieures. La libre circulation et les voyages transfrontaliers sont la clé du tourisme.
  • reprise des services touristiques en toute sécurité. Pour cela, la Commission définit un cadre commun fournissant des critères pour le rétablissement progressif et sûr des activités touristiques et élaborant des protocoles sanitaires pour les hôtels et autres formes d’hébergement. L’objectif est de protéger la santé des clients et des employés, explique le guide touristique Aissa.
  • Garantir l’interopérabilité transfrontalière des applications de traçage. Il s’agit d’avertir les citoyens d’une infection potentielle par un coronavirus lorsqu’ils voyagent dans l’UE.

Mettre en place des bons d’achat pour attirer plus de consommateurs

En vertu des règles de l’UE, les voyageurs ont le droit de choisir entre les bons d’échange et le remboursement en espèces des billets de transport annulés (avion, train, bus/autocar et ferries) ou des voyages à forfait. Tout en réaffirmant ce droit, la recommandation de la Commission vise à faire en sorte que les bons d’échange deviennent une alternative viable et plus attrayante au remboursement des voyages annulés dans le contexte de la pandémie actuelle.
Les bons volontaires devraient être protégés contre l’insolvabilité de l’émetteur, avec une période de validité minimale de 12 mois, et être remboursables au bout d’un an au maximum, s’ils ne sont pas rachetés.

De quelle manière la Commission compte soutenir les entreprises touristiques ?

La Commission vise à soutenir le secteur du tourisme européen en assurant :

  • la liquidité des entreprises du tourisme, en particulier des PME. Les systèmes de garantie pour les bons et d’autres systèmes de liquidité, afin de soutenir les entreprises des secteurs des transports et des voyages.
  • le financement de l’Union européenne. Il s’agit de continuer à fournir des liquidités immédiates aux entreprises touchées par la crise.
  • la sauvegarde des emplois grâce à une aide financière pouvant atteindre 100 milliards d’euros au titre du programme SURE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *